Reconstruction du CNI : pour que le Conseil général tienne ses engagements

La décision du Conseil général de ne pas s’acquitter de sa participation financière entraînerait un manque de 2 millions d’euros. Le conseil syndical du CNI vient de lancer une pétition. Et le maire de Vénissieux appelle à la mobilisation.
Prenant prétexte de la création de la Métropole, le Conseil général a décié, à la surprise générale, de ne pas tenir ses engagements financiers pour la reconstruction du Centre nautique intercommunal (CDI) de Vénissieux, Lyon, Saint-Fons. Cela représente un manque à gagner de 2 millions d’euros sur un budget d’environ 20 millions, soit 1/10e de la somme !
L’argument avancé par le Conseil général est le suivant : vu que la future Métropole de Lyon entraînera en janvier 2015 la disparition du Département sur le territoire de la communauté urbaine, il considère “ne pas pouvoir s’engager dès à présent sur les modalités et les montants de subventions se rapportant à des opérations dont la réalisation se prolongera au-delà de 2014.” Vincent Roberti, directeur général des services, en a informé fin novembre Andrée Loscos, présidente du comité syndical du centre nautique et adjointe au maire de Vénissieux.
Les conseillers généraux communistes vénissians, Marie-Christine Burricand et Christian Falconnet, ont été les premiers à dénoncer cette décision qu’ils jugent “irrecevable”. Ils l’ont fait savoir de façon très officielle à Danièle Chuzeville, la présidente centriste du Conseil général, en lui demandant par courrier de revenir sur sa décision. Mais cette dernière s’est contentée de confirmer les informations données par son directeur général des services.

Appel à la mobilisation

L’heure est aujourd’hui à la mobilisation pour tenter de convaincre le Département de tenir ses engagements de départ. Le conseil syndical du CNI, qui représente les municipalités de Vénissieux, Lyon et Saint-Fons, vient de lancer une pétition auprès des habitants, usagers et sportifs. Le texte souligne notamment que “travaux ont déjà commencé” et qu’ “il est inconcevable que le Conseil général mette en péril la réalisation de cet équipement public attendu par tous”.
Le maire de Vénissieux a par ailleurs pris l’initiative de lancer un appel à la mobilisation. “Le CNI a été ravagé par un incendie d’origine criminelle, rappelle Michèle Picard. Sa reconstruction nous a donc été imposée pour assurer un service indispensable aux usagers d’un des plus gros équipements nautiques de l’agglomération. (…) Le désengagement du Conseil général est totalement incompréhensible et inadmissible ! Nos populations, à travers les impôts locaux, participent aux ressources financières du département, elles ont droit à cet équipement qui contribue à l’intérêt général.”
Le maire ajoute que “d’autres initiatives pourront être organisées pour marquer notre ferme opposition à cette décision profondément injuste”.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *