Connectez-vous avec nous

Bonjour, que cherchez-vous ?

Actus

Le PLU-H attire les foules

Qui a dit que l’urbanisme mobilisait difficilement les habitants ? La réunion publique organisée le 5 septembre à l’hôtel de ville dans le cadre de la révision du Plan local d’urbanisme et de l’habitat a démontré le contraire.

Qui a dit que l’urbanisme mobilisait difficilement les habitants ? La réunion publique organisée le 5 septembre à l’hôtel de ville dans le cadre de la révision du PLU-H (Plan local d’urbanisme et de l’habitat, qui définit les règles d’usage du sol), a démontré le contraire. La salle du conseil municipal était bondée. Au programme de la soirée :  la découverte d’une exposition* consacrée au devenir de Vénissieux à l’horizon 2030, suivie d’une rencontre-débat avec le maire, Michèle Picard, et les professionnels ayant mené les différentes études prospectives. Ces études dégagent quatre grands axes de développement : la poursuite de la transformation du plateau des Minguettes, l’aménagement de l’axe Bonnevay (de Saint-Fons à Parilly en incluant le Puisoz), la transformation des abords de la Gare de Vénissieux en un véritable quartier, ce dernier objectif étant lui-même partie prenante d’une quatrième orientation, le projet “Cœur de ville”, dont l’ambition est de doter Vénissieux d’un centre-ville à sa mesure.
La colonne vertébrale de ce “Cœur de ville” sera constituée par le boulevard Ambroise-Croizat, de son intersection avec l’avenue Marcel-Houël jusqu’à la Gare de Vénissieux. Sur ces quelques centaines de mètres viendront se greffer de nouveaux logements, des centres commerciaux, de l’activité économique, peut-être un établissement scolaire de troisième cycle. Michèle Picard l’a répété à plusieurs reprises au cours de la soirée : “On ne fait plus la ville comme il y a trente ou quarante ans avec le logement d’un côté, l’emploi de l’autre… Aujourd’hui on privilégie la mixité des fonctions.”
S’il fallait dégager une dominante des interventions du public, ce serait l’inquiétude du bétonnage et d’une trop forte densité de population. “Il est vrai que nous avons retrouvé un vrai dynamisme démographique et immobilier ces dernières années. Et je comprends que ces nouveaux projets puissent susciter des craintes, a répondu le maire. Mais il faut ramener les choses à leur juste mesure : nous ne sommes que 62 000 habitants, alors qu’en 1975 nous étions près de 75 000. Par ailleurs il faut savoir que toute ville traversée par une ligne de transports en commun structurante connaît une densification urbaine.”
Comme le rappelait l’architecte Bruno Dumetier, auteur de l’étude “Cœur de ville”, “l’intérêt d’un document comme le PLU-H c’est précisément de se doter d’un outil pour maîtriser la complexité du développement urbain.” Les grandes orientations sont définies. Il s’agit aujourd’hui de dire comment on les met en œuvre, dans quel cadre réglementaire. “Aidez-nous à construire la ville”, a lancé en conclusion Michèle Picard.

* L’exposition est également visible à la mairie annexe du Moulin-à-Vent et à la Maison du projet (avenue Jean-Cagne). Jusqu’à mi-2015, les habitants pourront notifier leurs remarques dans des cahiers de concertation ouverts à l’hôtel de la communauté urbaine et à la Direction de l’urbanisme de la Ville de Vénissieux. La concertation se fait aussi sur internet, sur le site dédié au PLU-H : www.grandlyon.com/mavilleavenir
Le bilan de la concertation préalable se fera fin 2015. Le projet sera alors arrêté avant d’être soumis à enquête publique durant l’année 2016.

Cliquer pour commenter

1 Commentaire

  1. Proprio

    8 septembre 2013 à 7 h 24 min

    La circulation sur l’avenue Charles de Gaules est infernale et il faudrait prévoir de ralentir (dodane, panneaux, mannequin simulant un enfant traversant l’avenue Charles de Gaules) ou changer le mode de circulation. Par ailleurs il n’y a que peu de commerces à distance de la gare de Parilly. Pourquoi pas des commerces dans ou à sa sortie ?

  2. Proprio

    8 septembre 2013 à 7 h 24 min

    La circulation sur l’avenue Charles de Gaules est infernale et il faudrait prévoir de ralentir (dodane, panneaux, mannequin simulant un enfant traversant l’avenue Charles de Gaules) ou changer le mode de circulation. Par ailleurs il n’y a que peu de commerces à distance de la gare de Parilly. Pourquoi pas des commerces dans ou à sa sortie ?

  3. Proprio

    8 septembre 2013 à 7 h 24 min

    La circulation sur l’avenue Charles de Gaules est infernale et il faudrait prévoir de ralentir (dodane, panneaux, mannequin simulant un enfant traversant l’avenue Charles de Gaules) ou changer le mode de circulation. Par ailleurs il n’y a que peu de commerces à distance de la gare de Parilly. Pourquoi pas des commerces dans ou à sa sortie ?

  4. Proprio

    8 septembre 2013 à 7 h 24 min

    La circulation sur l’avenue Charles de Gaules est infernale et il faudrait prévoir de ralentir (dodane, panneaux, mannequin simulant un enfant traversant l’avenue Charles de Gaules) ou changer le mode de circulation. Par ailleurs il n’y a que peu de commerces à distance de la gare de Parilly. Pourquoi pas des commerces dans ou à sa sortie ?

Laissez un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Vous aimerez également

Actus

Sous forme d'un jeu rallye, les nouveaux arrivants du lycée Jacques-Brel ont découvert sur deux jours les différentes structures jeunesse de la Ville.

Portraits

Cette jeune plasticienne née à Vénissieux vient d'obtenir, dans le cadre de la Biennale d'art contemporain de Lyon, le prix de la Jeune création...

Dossiers

Insertion dans la vie locale, mobilier urbain, impacts sur la circulation et sur le stationnement... la concertation continue autour du projet de tramway T10,...

Actus

Le Groupe hospitalier mutualiste des Portes du Sud propose aux enfants une petite voiture électrique pour les transporter de leur chambre au bloc opératoire.

Actus

Pour cette nouvelle édition de la Semaine bleue, la Ville et ses partenaires proposent de briser les idées reçues.