Yves Blein met en garde les communistes

Pour prononcer ses premiers vœux de député de la 14e circonscription, Yves Blein, le maire socialiste de Feyzin, a choisi Vénissieux. Plus précisément la Brasserie de La Paix, où une bonne centaine de personnes s’étaient réunies le 25 janvier.
Le député s’est d’abord employé à saluer les premières décisions du gouvernement Ayrault, notamment les mesures prises en faveur des jeunes avec la création des emplois d’avenir et des contrats de génération. “François Hollande avait fait de la jeunesse sa priorité, a-t-il rappelé. (…) Aujourd’hui, cette priorité se transforme en actes. Elle se concrétise et des milliers, des dizaines de milliers de jeunes vont en bénéficier. »
Considérant “sans fondement, une certaine déception que l’on sent poindre auprès de diverses catégories de la population”, Yves Blein affirme que le gouvernement est en train “d’installer dans la durée une politique de gauche dans notre pays”. “C’est à nous de fatiguer le doute du peuple par la persévérance de notre dévouement”, a-t-il ajouté en citant Jaurès.
Mais le député juge que les socialistes manquent d’alliés à gauche dans cette entreprise. Il a donné l’exemple de la loi sur la tarification progressive de l’énergie, recalée en octobre dernier au Sénat du fait de l’opposition des élus communistes et Front de gauche, “qui ont joint leurs votes aux sénateurs UMP”.
Localement aussi, le député a des reproches à adresser à ses “amis” de gauche, les élus communistes, en particulier au maire de Vénissieux, Michèle Picard, “qui n’a pas de mots assez durs pour le président du Grand Lyon qui voudrait tout manger” ; et aux conseillers généraux, Marie-Christine Burricand et Christian Falconnet, qui “s’opposent à l’évolution du Grand Lyon vers un statut de métropole européenne”. Pour Yves Blein, cela relève du “fantasme de dévoration vis-à-vis de la communauté urbaine”. Il estime que “Vénissieux devrait conjuguer les efforts de tous plutôt que de les opposer et se replier sur elle-même”.
Et de prévenir en conclusion pour 2014 : “Les élections municipales seront un vrai sujet de réflexion pour les socialistes, qui ne pourront que s’inscrire dans un projet municipal qui s’inscrira harmonieusement dans le projet essentiel de métropole européenne. La réflexion est ouverte… Elle peut aboutir à plusieurs formes de réponses.”
De toute évidence, Yves Blein n’avait pas choisi de prononcer ses premiers vœux à Vénissieux par hasard.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *