La semaine de quatre jours et demi, ce sera pour 2014

Le maire, Michèle Picard, a annoncé lundi, lors du conseil municipal, que Vénissieux n’agira pas dans la précipitation pour mettre en place la semaine de quatre jours et demi.
La question des rythmes scolaires n’était pas à l’ordre du jour du conseil municipal du 28 janvier. Le sujet n’a été abordé que dans le prolongement d’un rapport concernant une modification du périmètre scolaire. Samia Hamdiken-Le Désert, conseillère municipale socialiste, a en effet saisi l’opportunité pour donner la position de son groupe politique à propos du retour de la semaine de quatre jours et demi : « Nous sommes favorables à une application dès la rentrée 2013 (…). Il serait dommageable qu’une réforme progressiste de gauche soit décalée dans le temps. Si tel n’est pas le cas nous espérons que ce n’est pas un pied de nez fait au gouvernement ou pour des intérêts partisans ».
« Ni pied de nez , ni esprit partisan, répondait le maire, Michèle Picard. Cette réforme des rythmes scolaires sera mise en place, à Vénissieux, à la rentrée 2014 ». Le maire signalait au passage que  65% des communes du Grand Lyon ont fait le choix d’attendre 2014. « Il s’agit d’un travail complexe qui doit être fait sérieusement. Le nombre de services impactés est très important. Nous ne pouvons pas raisonnablement être prêts en 2013. En six mois, je ne sais pas faire. Nous devons nous donner du temps ».  
Rappelons que le décret relatif à la réforme des rythmes scolaires en primaire a été publié samedi 26 janvier au Journal officiel. L’article 4 confirme le report d’un mois (« au plus tard le 31 mars ») du délai laissé au maire pour décider du report de l’application de cette réforme à la rentrée 2014. La semaine scolaire comprendra toujours 24 heures d’enseignement, mais réparties sur 9 demi-journées (incluant le mercredi matin). La journée scolaire sera limitée à 5h30 maximum et la demi-journée à 3h30. La pause méridienne « ne peut être inférieure à 1h30 ».
Deux types de dérogation sont possibles : le choix du samedi (plutôt que le mercredi matin) et la durée de la journée scolaire. Ces dérogations devront être « justifiées par les particularités du projet éducatif territorial » et offrir « des garanties pédagogiques suffisantes ».

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *