L’Atelier Santé Ville, des centaines de Vénissians l’ont fréquenté

legumes fruits -05
Avec l’école des papilles, 219 enfants ont été sensibilisés en 2014 à l’importance de l’équilibre alimentaire

À Vénissieux,  32% de la population vit en dessous du seuil de pauvreté et un actif sur cinq est sans emploi. Une situation qui ne cesse d’empirer. Dès 2007, l’Observatoire régional de santé réalisait un diagnostic local, dont les résultats pointaient plusieurs problématiques en matière de santé mentale, d’alimentation et d’accès aux droits et aux soins. Pour pallier ces difficultés, l’Atelier Santé Ville (ASV) a mis en place de nombreux dispositifs.

Lors du dernier conseil municipal, le 22 juin, Danielle Gicquel, adjointe au maire en charge de la petite enfance et de la santé publique, dressait la liste de ce qui a été réalisé en 2014. “Concernant la nutrition : 219 enfants ont été sensibilisés aux questions d’équilibre alimentaire dans le cadre de l’école des Papilles. 36 gamins en surpoids ou obèses et leurs familles ont bénéficié d’un programme de prise en charge pluridisciplinaire. 57 adolescents ont suivi le programme de prévention au collège. Les centres sportifs du mercredi, en partenariat avec la direction Sport, Jeunesse et Famille, ont permis à des enfants de bénéficier d’un programme de prévention. » Sans oublier la participation de six jeunes à  un séjour sportif intitulé “Bien manger et bien dormir pour mieux bouger”. En 2015 également, un dépistage bucco-dentaire devrait être organisé dans six classes de CP et six classes de grande section maternelle par l’Union française de santé bucco-dentaire.

Mais l’ASV ne bénéficie pas qu’aux enfants.  Exemples : treize seniors ont bénéficié d’un programme bien-être intitulé “Être mieux dans son corps” avec l’Office municipal des retraités. Un projet diabète est en cours de formalisation avec la création d’un groupe de travail composé de professionnels libéraux et de la clinique Les Portes du sud, les associations Dialogs et Adly, la CPAM et la médiatrice santé. 

Sur le plan de la santé mentale, le PAEJ (Point Accueil Écoute Jeunes) permet aux 12-25 ans d’être entendus par des professionnels de manière gratuite et confidentielle : 120 situations ont été étudiées en 2014. La création en 2012 d’un PEF (Point Écoute Familles) qui prend en charge les familles et les enfants de moins de 12 ans a permis l’accueil de 48 personnes.
Le maire de Vénissieux, Michèle Picard, ne souhaite pas en rester là. Au contraire, elle a annoncé que ces initiatives allaient être amplifiées. “La Ville consacrera 115 000 euros aux actions de l’ASV, précise-t-elle. Nous les savons utiles, précieuses et pertinentes. Ce budget permettra d’augmenter la prise en charge d’enfants, de familles et d’adultes en proie à des difficultés. »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *