Windhager, l’arnaque ?

“Windhager n’a montré aucune intention de faire redémarrer l’activité industrielle à Vénissieux.” Réunis à l’occasion d’une conférence de presse ce vendredi, les Veninov ne décolèrent pas. Quelques jours plus tôt, le groupe autrichien a détaillé au tribunal de commerce de Nanterre son plan de reprise. Celui-ci ne prévoit pour l’instant l’embauche que de huit personnes, “pour gardiennage et rénovation”. Mais surtout, il implique le transfert dans une autre usine des Pays-Bas des cylindres de production, “empreinte” des marques Venilia et Bulgomme et “trésor historique” des anciens établissements Maréchal, afin de préparer un salon du textile à Francfort.
Pour les salariés, la pilule est amère. “Windhager n’a rien annoncé concernant la réparation des machines, indique Stéphane Navarro (CGT). Ils avaient un projet, qu’ils ne respectent même pas. Pire, ce qu’ils annoncent est en totale contradiction avec ce projet. Tout le monde a été trompé.” Et le délégué syndical de prévenir : “Aucun cylindre ne sortira d’ici. Nous avons les pouvoirs publics avec nous. S’il y a eu tromperie, il faudra peut-être faire annuler les ordonnances rendues par le tribunal de commerce en mai dernier. C’est un véritable coup dur. L’espoir s’amenuise…”
“Nous sommes dans une situation très tendue, déplore André Gerin, député honoraire. Le préfet du Rhône, M. Carenco, était furieux, il a d’ailleurs donné à Windhager deux semaines pour présenter un véritable plan de relance. Il y a maintenant deux possibilités : soit l’activité redémarre à Vénissieux, soit Windhager n’aura pas les marques. Ces cylindres, c’est le patrimoine historique de Vénissieux. On ne le laissera pas partir.”
De fait, l’occupation du site se poursuivra pendant les fêtes, afin de protéger les cylindres de production. “S’ils viennent les récupérer, c’est bien simple, c’est du vol, du pillage industriel, estime Michèle Picard, le maire de Vénissieux. Windhager n’a aucun respect pour les lois françaises. Je vois même dans leur attitude un véritable mépris pour les collectivités, qui ont mis la main à la poche pour que l’activité puisse redémarrer. Il y a bien eu tromperie. Mais que Windhager ne se fasse pas d’illusions : on a pu faire plier un fonds de pension américain, ils ne nous font pas peur !”

4 pensées sur “Windhager, l’arnaque ?

  • 28 décembre 2012 à 13 h 35 min
    Permalink

    Une fois de plus notre savoir faire nous est pillé !
    Pourquoi les salariés de cette société ne reprennent donc pas par eux même le Site de production, en nom collectif ??..
    Ayant personnellement dirigé , pour le compte d’un grand groupe français des Sites de production en France, je reste intimement convaincu que nous savons faire au meilleur coût, aussi bien que la concurrence..
    Si cette situation était mienne, et ce malgré un départ à la retraite programmé en janvier 2013, je me lancerai dans la bataille sans hésiter ..

  • 28 décembre 2012 à 13 h 35 min
    Permalink

    Une fois de plus notre savoir faire nous est pillé !
    Pourquoi les salariés de cette société ne reprennent donc pas par eux même le Site de production, en nom collectif ??..
    Ayant personnellement dirigé , pour le compte d’un grand groupe français des Sites de production en France, je reste intimement convaincu que nous savons faire au meilleur coût, aussi bien que la concurrence..
    Si cette situation était mienne, et ce malgré un départ à la retraite programmé en janvier 2013, je me lancerai dans la bataille sans hésiter ..

  • 28 décembre 2012 à 13 h 35 min
    Permalink

    Une fois de plus notre savoir faire nous est pillé !
    Pourquoi les salariés de cette société ne reprennent donc pas par eux même le Site de production, en nom collectif ??..
    Ayant personnellement dirigé , pour le compte d’un grand groupe français des Sites de production en France, je reste intimement convaincu que nous savons faire au meilleur coût, aussi bien que la concurrence..
    Si cette situation était mienne, et ce malgré un départ à la retraite programmé en janvier 2013, je me lancerai dans la bataille sans hésiter ..

  • 28 décembre 2012 à 13 h 35 min
    Permalink

    Une fois de plus notre savoir faire nous est pillé !
    Pourquoi les salariés de cette société ne reprennent donc pas par eux même le Site de production, en nom collectif ??..
    Ayant personnellement dirigé , pour le compte d’un grand groupe français des Sites de production en France, je reste intimement convaincu que nous savons faire au meilleur coût, aussi bien que la concurrence..
    Si cette situation était mienne, et ce malgré un départ à la retraite programmé en janvier 2013, je me lancerai dans la bataille sans hésiter ..

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *