Complexe sportif Jean-Guimier : peau neuve et fière allure

Le gymnase aux cinq espaces a bénéficié d’une succession de rénovations depuis dix ans. La dernière phase de cet énorme chantier est achevée et les treize associations sportives résidentes ont repris leurs marques dans ces espaces modernisés et fonctionnels.
Mais qui était donc Jean Guimier, pour avoir donné son nom à tant de gymnases ou complexes sportifs en France ? Professeur de sport dans les années quarante, il a laissé le souvenir d’un homme « engagé pour la démocratisation de l’organisation sportive afin de permettre à chacun de trouver le cadre adapté à ses désirs et à ses possibilités.” Autrement dit, un militant engagé pour le sport pour tous. Un thème cher depuis longtemps cher à la Ville de Vénissieux, comme le maire l’a rappelé au cours de sa récente visite du complexe sportif Jean-Guimier. Visite « inaugurale », pour laquelle Michèle Picard était accompagnée de l’équipe municipale, de personnalités du mouvement sportif local et des membres des associations sportives résidentes.
Le sport est une richesse, un axe majeur de la politique d’intégration, d’éducation, une passerelle vers la citoyenneté, a insisté Michèle Picard. Mais pour pratiquer, il faut des équipements, un patrimoine… « et un patrimoine, ça s’entretient, presque au quotidien. C’est ce que démontre le programme de réhabilitation du complexe Guimier, le plus grand équipement de Vénissieux en surface sportive, avec ses cinq espaces intérieurs et son stade.”
Idéalement situé près du métro Parilly, l’équipement construit en 1970 a été entièrement réhabilité, en plusieurs phases : première mise aux normes en 2000, rafraîchissements en 2002, rénovation lourde (2004, 2006) avec réhabilitation du bâtiment, pose d’un sol sportif aux normes au premier étage, pare-ballon sur le terrain de foot… Le dernier chantier, entre juin 2011 et février 2012, a réuni 15 corps de métier et a coûté 1,3 million d’euros : aménagements pour les épreuves officielles, vestiaire pour les arbitres – principalement pour le basket et le volley -, infirmerie. Notons encore -pour les économies d’énergie- l’isolation des façades, la création d’un espace vestiaires-douches et de rangements pour les clubs utilisateurs de la salle polyvalente, le remplacement des sols sportifs dans les salles de boxe, de musculation, dans le dojo et la salle polyvalente, la réfection des peintures. Sans oublier la mise aux normes pour l’accès des personnes à mobilité réduite, avec la création d’un ascenseur. “On peut dire que le complexe Jean-Guimier a fait peau neuve ! »
La plupart des clubs utilisateurs étaient présents et ont multiplié les démonstrations dans leurs espaces réservés. Au rez-de-chaussée : boxes française et anglaise dans une salle aux couleurs chatoyantes, gymnastique volontaire dans la salle polyvalente, judo dans le dojo décoré d’une fresque réussie, musculation dans un espace qui affiche presque complet. À l’étage, les démonstrations de basket dans un univers boisé ont surpris. “Totale réussite”, a estimé Gabriel Boucher, président du club de savate. “Salle très agréable”, a poursuivi Christine Thiébault, la présidente de l’ALVP basket. Pour Kadour Fellahi, président du club de forme : “Que demander de plus ?”. Pour les entraîneurs de judo, “la fresque donne de la sérénité à la salle.” Quant aux dirigeants de l’USV qui ont des créneaux sur le stade de football (en ghorr, avec ses vestiaires et douches dédiés en sous-sol), ils le reconnaissent aussi : “Jean-Guimier a fière allure.”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *