Au parc de Parilly, l’été sera animé !

Situé sur Vénissieux et Bron, le parc de Parilly est l’un des poumons verts de l’agglomération lyonnaise. Afin de fuir la chaleur estivale, les habitants peuvent s’y réfugier et participer à l’un des nombreux ateliers mis en place.

Calendrier d’été
Pour la troisième édition des animations d’été, voici les animations prévues jusqu’à fin août à Parilly.
Ça grouille à nos pieds, mercredi 7 juillet, 9 heures à 10h30 ou 10h45 à 12h15. À partir de 10 ans.
Rallye des orangers des osages, jeudi 15 juillet, 14 heures à 15 h 30 ou 16 heures à 17 h 30. À partir de 8 ans.
La star des rongeurs, mardi 20 juillet, 14 heures à 15h15 ou 15h30 à 16h45. À partir de 8 ans.
Hugo l’escargot, jeudi 26 août, 14 heures à 15h15 ou 15h30 à 16h45. À partir de 8 ans.
Balade crépusculaire, lundi 30 août, 19h30 à 21h30. À partir de 8 ans.

« Nous souhaitons faire venir tous les publics au parc de Parilly : des familles, des férus de botanique, des amateurs d’environnement, c’est ouvert à tous« , souligne Abderazag Azzouz, chargé d’animation à la Métropole de Lyon.

Avec des associations de la région et des agents du parc, il s’agit de proposer cet été un programme sur-mesure aux habitants de l’agglomération. Mais aussi en adéquation avec le parc.

« Dans le cadre du plan d’éducation au développement durable de la Métropole, les activités ont été choisies en fonction de la biodiversité et des spécificités de cet espace, reprend le chargé d’animation. Un des objectifs est de répondre à une demande sociale très importante de verdure, de grands espaces, surtout après cette année difficile, les habitants ont besoin de respirer. »

Abderazag Azzouz souhaite donc faire découvrir ce parc de 178 hectares aux habitants de la Métropole, « en mettant en avant l’exploration de l’environnement, mais toujours en adoptant une approche ludique« .

Des ateliers de décoration ou de plantation, des enquêtes, des balades ou encore des découvertes de la faune et de la flore : les animations sont diversifiées et accessibles, pour la plupart, à partir de 6 ans.

Entre le parc de Parilly, le parc technologique de Porte des Alpes et le domaine Lacroix-Laval, les activités sont réparties pour offrir aux visiteurs un programme jusqu’à décembre.

Une faune et une flore très variée

Au total, on compte à Parilly près de 18 000 arbres, dont près de 3 000 sont replantés chaque année. « En trois ans, nous avons perdu 10 % de notre plan arboré, mais nous replantons beaucoup. Avec le changement climatique, nous devons adapter, diversifier la palette végétale du parc. Cela nous permettra aussi de voir quels arbres résistent le mieux au nouveau climat », décrit Julie Dussert, responsable du service Patrimoine vert et technique à la Métropole.

Face à ces changements, le parc fait de la protection de sa biodiversité une priorité. « Nous souhaitons le retour des pollinisateurs, déclare la responsable. Et nous avons donc créé des espaces qui leur sont favorables comme des prairies fleuries. »

Hiboux, chauve-souris, batraciens, écureuils … La faune du parc est riche. « Nous sommes un des seuls sites du département où l’on peut retrouver trois espèces de batraciens protégés, alors que nous sommes noyés dans un bassin urbain« , se félicite Julie Dussert.

Alors pour prendre soin des petits animaux présents dans le parc, des aménagements ont été réalisés afin de les protéger et d’assurer leur reproduction. « Un hôtel à insectes, des mares, des nichoirs, des troncs d’arbres morts pour les insectes…  »

Mais au parc de Parilly, on ne compte pas arrêter ce développement en si bon chemin. « Un projet devrait être en lancé d’ici fin 2022 avec une enveloppe de 1,7 million d’euros« , affirme Julie Dussert, afin de répondre aux nouveaux besoins et aux nouvelles attentes des visiteurs.

Pour aller plus loin…
Pour les visiteurs qui souhaitent en découvrir encore plus sur la faune et surtout la flore du parc, plusieurs balades ont été mises à disposition des promeneurs. Notamment sur l’application Smart’flore. « Clara Croce, animatrice pour l’association France Nature Environnement, travaille avec Telabotanista, un site francophone, où l’on trouve une base de données sur la flore mondiale »,, chargé d’animation à la Métropole de Lyon, détaille Abderazag Azzouz. Avec les enfants de deux centres aérés, elle a décidé de créer une ballade et d’identifier les arbres présents sur le circuit. »
Dans le même esprit, sur le site de la Métropole, on peut retrouver plusieurs balades à travers le parc de Parilly, ainsi que sur Vénissieux. En suivant la carte mise à disposition, les habitants peuvent aller à la rencontre de la faune de l’agglomération comme le Tulipier de Virginie, le Cèdre de l’Atlas ou encore le Magnolia de Kobé ou du Japon. Un parcours qui nous fait voyager dans le monde entier.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *