Une semaine à Vénissieux pour une délégation d’Oschatz

 Conduite par le maire d’Oschatz, Andreas Kretschmar, c’est une délégation de haut niveau qui est reçue à Vénissieux toute cette semaine. Lundi, une réception en leur honneur était organisée par le maire et le conseil municipal à l’hôtel de ville. Rappelons que les deux villes sont jumelées depuis 1964.

Outre Andreas Kretschmar, le maire, accompagné de son épouse Kerstin, Michèle Picard ainsi que Yolande Peytavin ont accueilli Jörg Bringewald, premier adjoint, Dietmar Schurig et Thomas Schneider, respectivement présidents des groupes CDU et Die Linke du conseil municipal d’Oschatz, Anja Seidel chargée de l’organisation du voyage… Présents également, une dizaine d’adolescents du lycée Thomas-Mann, venus passer la semaine avec leurs correspondants français du lycée Jacques-Brel. Au programme des jeunes, cours au lycée le matin et tourisme l’après-midi : le Vieux Lyon, une visite guidée de l’Opéra, le musée de la miniature, le musée Gadagne… Autant dire qu’ils n’ont pas le temps de s’ennuyer.

« La France et l’Allemagne ont une longue histoire, rappelait Michèle Picard. Après tant de douleurs partagées, je trouve exemplaire ce parcours depuis le Traité de l’Elysée sur la coopération franco-allemande, signé le 22 janvier 1963 par le Chancelier Adenauer et le Général de Gaulle. Entre Vénissieux et Oschatz, c’est également une longue histoire. C’est chez vous, le 7 octobre 1964, que Marcel Houël, alors député-maire, avait ratifié l’acte officiel de jumelage entre Vénissieux et cette petite ville de 17 000 habitants, située entre Leipzig et Dresde. Durant cette semaine, vous allez découvrir Vénissieux… une ville qui bouge. » Andreas Kretschmar répondait à Michèle Picard : « Nous attendons avec impatience la visite des élèves de Jacques-Brel entre le 7 et le 14 avril. L’an prochain, nous fêterons nos 50 ans de jumelage : les jeunes sont sans aucun doute son avenir. »

Pour Mme Batailler, la proviseure de la cité scolaire Jacques-Brel, ces rencontres sont précieuses : « Je suis d’autant plus heureuse que tous les élèves allemands ont pu être accueillis dans des familles de Vénissieux. Vivre pendant une semaine au sein d’une famille, quoi de mieux pour se perfectionner  ! » 

Cet échange entre lycéens a pu être mené grâce à des subventions allouées par la mairie de Vénissieux, par le Conseil régional Rhône-Alpes, par l’Office franco-allemand pour la jeunesse (OFAJ) et le lycée.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *