Connectez-vous avec nous

Bonjour, que cherchez-vous ?

Actus

Après la canicule, le déluge

Entre le vent, la pluie et la grêle, Vénissieux a connu un mercredi après-midi difficile.

Photo Twitter

En août, le 17 rime avec tempête. Certains Vénissians se souviendront longtemps du violent orage du mercredi 17 août. Vers 15h30, de fortes pluies se sont abattues sur le Sud lyonnais. Localement, à Vénissieux, les nuages menaçants ont déversé de la grêle. En quelques minutes, la température a chuté d’une dizaine de degrés, de 28 à 18.

Les pluies étaient diluviennes. La station de Lyon-Bron a relevé 20 mm de précipitations en 17 minutes. Concrètement, c’est comme si l’on avait versé 20 litres d’eau sur un carré d’un mètre de côté. Pour compléter le tableau apocalyptique, les plus fortes rafales de vent ont atteint 94 km/h.

Dans les rues, le ruissellement a rendu la circulation difficile. En particulier dans les points bas. L’avenue du 11-Novembre 1918, entre l’hôpital Les Portes du Sud et le boulevard Yves-Farge, fut transformée en torrent, invitant les automobilistes à faire demi-tour. Plus au Nord, la rue Marius-Martin, où sont implantées diverses entreprises, a également été touchée. L’eau a pu charrier quelques obstacles sur la route, obligeant les conducteurs à la plus grand prudence. Les équipes voirie et nettoiement de la Métropole de Lyon ont sorti les balayeuses et tractopelles pour nettoyer les secteurs les plus affectés par les coulées de boue.

Le Centre opérationnel départemental d’incendie et de secours (Codis) a enregistré une centaine d’intervention dans les secteurs Est et Sud. « Principalement pour des afflux d’eau dans des locaux, précise un officier. L’afflux d’eau est arrivé en un temps très court. Les inondations ont été causées par une rapide montée des eaux. »

« On aurait dit qu’il pleuvait dans l’appartement »

Certains habitants ont dû se retrousser les manches. C’est le cas de Mme Cuevas-Lou. « Depuis 2008, il y a des problèmes d’étanchéité dans notre résidence, déplore-t-elle. Les fuites viennent du plafond du palier. Cette fois-ci, on a eu peur. On aurait dit qu’il pleuvait dans l’appartement. J’ai mis deux heures à tout éponger. »

Mme Hadjarab, qui réside dans une tour de la rue Vladimir-Komarov, a constaté des dégâts dans les parties communes de l’immeuble : « A chaque fois qu’il pleut un peu fort, c’est une vraie marre qui se forme sur le parking, au niveau des bouches d’égout. Comme les égouts sont bouchés depuis des années, l’eau reste en surface, et si on marche dedans on en a jusqu’au-dessus des chevilles. Une vraie petite rivière ! »

En transports en commun, les déplacements ont parfois été compliqués. Le bus C12 n’a pas pu desservir les arrêts situés entre Langevin et Hôpital Feyzin Vénissieux. Le tramway T4 s’est retrouvé à l’arrêt. En revanche, selon la SNCF, le TER n’a pas connu de dysfonctionnements significatifs.

Enfin, de nombreuses coupures d’électricité ont été recensées. Des centaines de rues du Sud-est lyonnais ont été privées de courant en fin d’après-midi.

Cliquer pour commenter

Laissez un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Vous aimerez également

Actus

Une voiture de la police municipale a fait les frais de l’orage qui a éclaté ce lundi 23 mai vers 13h30.

Histoire / Mag

Pendant des siècles Vénissieux a imité Venise. Des canaux en guise de rues et les maisons baignant les pieds dans l’eau. Vous croyez qu’on...