Connectez-vous avec nous

Bonjour, que cherchez-vous ?

Culture

École Anatole-France : une odyssée dans l’espace

Deux classes de CE2 de l’école élémentaire B Anatole-France ont participé au défi éducatif Mission X, patronné par la NASA et le CNES, et remporté le deuxième prix.

Lancé par la Nasa et coordonné par le CNES (Centre national d’études spatiales) et l’Agence spatiale européenne dans une quarantaine de pays, le projet éducatif Mission X est un véritable défi. Il propose aux scolaires (primaires et collèges) de participer à des épreuves scientifiques et sportives s’inspirant de celles des astronautes.

Sous le nom d’Anatole Crew, deux classes de l’élémentaire B de l’école Anatole-France ont participé à cette Mission X et se sont classées deuxièmes avec 6 964 pas, derrière les Ninjas de l’espace de l’école élémentaire Camille-Claudel de Montauban, qui en totalisaient 11 698. Ces pas symbolisent une marche jusqu’à la Lune. Laquelle représente 384 000 km.

Nous voici donc avec les élèves d’Amandine Ramaugé et de Christelle Lance qui, de retour de Toulouse où ils ont visité la Cité de l’espace, nous accueillent dans leur école. Qu’est-ce qu’ils ont fait, exactement ? Des bras se tendent : « La marche de l’ours et du crabe ! » Ah ! Et c’est quoi ? Imène, qui a montré devant tout le monde à Toulouse ces coordinations des bras et des jambes, en refait la démonstration. Tout est question d’endurance, d’équilibre et de travail des muscles des pieds, des jambes et des bras. Les enfants sont incollables.

« Nous avons fait des puzzles avec des gros gants. Dans l’espace, ils les utilisent pour faire des réparations. On a aussi travaillé sur l’alimentation. Les astronautes mangent équilibré pour être en forme ! »

Claudie Haigneré et Thomas Pesquet

Il est encore question de vitesse de la lumière et de réflexe. Un élève prend une règle et la laisse tomber. Son copain doit l’attraper au vol. Bon, et le résultat de tout cela ? Les enfants lèvent le doigt : « On était les deuxièmes de France ! Non, de l’Europe ! Non, du monde ! »

Amandine rectifie : « On pensait qu’on était deuxième du classement français. À Toulouse, ils nous ont dit que plusieurs pays participaient, donc le classement est mondial. »

Grâce à la Ville et à l’Institut Meirieu, le voyage à Toulouse a pu être financé. Et les enfants, ravis, racontent en montrant la casquette bleue rapportée de là-bas : « On a vu une vraie fusée, l’ancien module de l’ISS, la station Mir, la fusée Ariane, la combinaison de Claudie Haigneré, la première Française de l’espace… Puis, l’après-midi, on a présenté les missions qu’on avait réalisées. » Et c’était facile ? « Oui… euh, non… C’était super dur ! »

Les maîtresses ajoutent : « Ils ont montré qu’ils étaient capables de travailler en groupe, de penser collectivement. Leur déception est de n’avoir pu rencontrer Thomas Pesquet, qui était là quinze jours avant. Nous avons envoyé comme une bouteille à la mer, dans l’espoir de pouvoir un jour communiquer avec lui, peut-être par visioconférence. »

Cliquer pour commenter

Laissez un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Vous aimerez également

Culture

Début juillet, des jeunes des EPJ Léo-Lagrange et Parilly ont tourné un court-métrage dans le cadre des ateliers de La CinéFabrique. Le montage est...

Actus

Dans le cadre des animations d’été, les habitants ont pu peindre l’esplanade du boulevard Komarov, au quartier Pyramide.

Actus

Pendant plus de trente ans, de 1985 à 2015, les archéologues ont multiplié les chantiers de fouilles à l’intérieur et autour du vieux Bourg...

Actus

Après un 14 juillet caniculaire, les Fêtes escales se sont poursuivies avec deux soirées enjouées ayant attiré un public chaleureux.

Actus

La Métropole de Lyon, en lien avec les communes qui la composent, a publié une carte des lieux frais. À Vénissieux, plusieurs options existent...