Ambroisie : il est encore temps d’agir

L’ambroisie à feuilles d’armoise, qui répand ses pollens entre fin juillet et début octobre, est la principale cause d’allergie actuellement. D’après les prévisions du Réseau national de surveillance aérobiologique (RNSA), les pollens de cette plante sont “au sommet de leur période de dispersion” notamment dans les départements de la région Auvergne-Rhône-Alpes. Elle s’installe sur les terres dénudées, soit par l’action de l’homme, soit par l’érosion naturelle. Son pollen provoque de fortes allergies saisonnières dont les symptômes comprennent notamment rhinite, conjonctivite, trachéite, asthme, démangeaisons et autres atteintes cutanées.
Il est encore temps de la détruire avant qu’elle ne libère tous ses pollens et surtout avant qu’elle ne libère ses graines qui permettront à d’autres plants de pousser ces prochaines années. Depuis plusieurs années, la Métropole de Lyon mène des actions contre l’ambroisie sur son territoire, en partenariat avec l’Agence régionale de santé. Si vous trouvez de l’ambroisie dans votre jardin, c’est à vous de l’arracher. Protégez-vous en utilisant du matériel adapté : gants, lunettes et masque lors de la floraison. Hors de votre propriété et sur un terrain public, il faut signaler la zone via la plateforme interactive www.signalement-ambroisie.fr
À Vénissieux, les techniciens et jardiniers sont formés pour reconnaître l’ambroisie et agir en cas de présence de la plante sur un terrain communal.

Signaler la présence d’ambroisie :
– www.signalement-ambroisie.f
– contact@signalement-ambroisie.fr
– Application mobile : signalement ambroisie

Une pensée sur “Ambroisie : il est encore temps d’agir

  • 12 septembre 2021 à 21 h 43 min
    Permalink

    J’habite à Vénissieux ( quartier moulins a vent), mon fils est très allergique à l’ambroisie. Il y a des terrains vagues autour de chez nous et je pense que la mairie ne va pas vérifier si il y a de l’ambroisie ou non….
    Il faudrait vraiment faire quelque chose car l’allergie de mon fils s’accentue d’année en année.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *