Cinéma Gérard-Philipe : une réouverture sécurisée

Le 28 mai, le Premier ministre Édouard Philippe a annoncé que la réouverture des salles de cinéma serait effective à partir du 22 juin, prenant tout le monde de court, exploitants comme distributeurs. Avec une petite réflexion en sus : une semaine cinématographique va du mercredi au mardi. Or, le 22 juin est un lundi. Donc, beaucoup de cinémas, dont Gérard-Philipe à Vénissieux, vont rouvrir le mercredi 24 juin.

Dès le début de la pandémie et du confinement, les distributeurs ont repoussé la sortie des films qui devaient arriver sur les écrans courant mars et avril. Covid oblige, annulé le festival de Cannes et les sorties de films inhérentes. Et repoussées celles des grands films porteurs que les majors craignent de voir snobés par le public par crainte du virus. C’est ainsi que le prochain James Bond, Mourir peut attendre, devra lui-même attendre le 11 novembre avant d’être vu en France, alors qu’il aurait dû être à l’affiche le 8 avril. Plus grave encore, le Pinocchio de Matteo Garrone avec Roberto Benigni, qui devait être programmé le 18 mars en sortie nationale à Gérard-Philipe, s’est retrouvé en VOD (video à la demande) sur Amazon Prime.

Pour le 24 juin, Antonia Naïm, directrice des trois salles vénissianes, annonce quelques titres déjà à l’affiche avant le confinement, n’ayant eu qu’une courte vie sur les écrans. Citons La Bonne Épouse de Martin Provost, Une sirène à Paris de Mathias Malzieu et Filles de joie de Frédéric Fonteyne et Anne Paulicevich. Il s’agit aussi de soutenir les distributeurs indépendants car, comme le précise Antonia, « nous n’aurons pas de films grand public dans un premier temps. Toutes les salles sont obligées d’attendre les sorties ».

Il est vrai que tous les cinémas dépendent des distributeurs qui, eux-mêmes, ont du mal à programmer leurs films à une date précise, sans savoir de quoi demain sera fait ni quel sera le taux de remplissage desdites salles.

Ainsi, Mulan était-il programmé en sortie nationale le 25 mars à Gérard-Philipe. Le confinement en a décidé autrement et le film sera visible à Vénissieux le 22 juillet, pour une nouvelle sortie nationale. De même, Gérard-Philipe aura également le dernier François Ozon, Été 85, en sortie nationale le 15 juillet — encore que, curieusement, le cinéaste ait choisi la date du mardi 14 juillet pour la sortie de son film.

Un guide sanitaire
En accord avec le gouvernement, la Fédération nationale des cinémas français a mis en place un « guide sanitaire de réouverture ».

Antonia détaille quelques-unes des précautions prescrites : « Pour l’équipe, le masque sera obligatoire. Pour les spectateurs, il le sera dans les parties communes, hall, toilettes, mais pas dans la salle. Là, ils pourront l’enlever. Les gens devront venir avec le leur car nous ne pouvons pas en fournir. »

Les salles ne devront être remplies qu’à la moitié de leur jauge. « Nous allons condamner des sièges et nos agents placeront les personnes pour que les distanciations soient respectées. Nous aurons du gel hydroalcoolique à l’entrée, près des caisses et les séances des trois salles seront décalées pour ne pas avoir trop de monde en même temps. Les salles seront aérées entre chaque séance et le parcours pour y accéder sera balisé. »

Le cinéma Gérard-Philipe partage habituellement son programme Est-Écrans avec trois autres salles de la métropole (Bron, Saint-Priest et Décines). Ce ne sera pas le cas pour le prochain. « Comme la programmation est pour l’instant limitée, nous avons choisi d’imprimer en interne chacun de nos programmes. Nous reprendrons un programme commun en septembre. »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *