Second tour des élections : Michèle Picard veut « rassembler toute la gauche et les forces progressistes »

La candidate de la gauche unie a lancé ce matin sa campagne pour le second tour. Les discussions avec les Verts sont engagées tant sur les municipales que les métropolitaines. Mais un accord reste à trouver.

S’il reste encore un doute sur la tenue du second tour des élections municipales le 28 juin, il est de plus en plus ténu. Le préfet du Rhône vient du reste de communiquer les dates de dépôt des candidatures : ce sera le vendredi 29 mai ou le mardi 2 juin.

Autant dire que la campagne a démarré. Lundi, le candidat macroniste Yves Blein mettait en ligne une vidéo pour appeler les électeurs au vote. Ce matin, au local de la section du PCF, c’est Michèle Picard, arrivée en tête le 15 mars du premier tour des municipales et des métropolitaines, qui lançait le sprint final. Entourée de ses soutiens – Idir Boumertit (LFI), Djil Ben Mabrouk (société civile), Jeff Ariagno (PS), Sandrine Picot (GRS) et Nadia Chikh (PRG) – la candidate communiste est d’abord revenue sur les enseignements de la crise sanitaire. « Elle a révélé ce que nous dénonçons depuis des années : la casse organisée de nos services publics, l’hôpital public étranglé, le manque de moyens dans les Ehpad… Ce désastre n’est que le résultat des politiques libérales menées ces dernières années par les gouvernements successifs. »

« L’État s’est défaussé sur les communes »

Sur la gestion de la crise, Michèle Picard est tout aussi critique envers les gouvernants. « L’État s’est entièrement défaussé sur les collectivités. Pour les masques par exemple, il en annonce un par habitant, mais au final qui gère l’approvisionnement et la distribution ? Idem pour la réouverture des écoles, ce sont encore les villes qui sont en première ligne pour tout organiser. Le gouvernement a redécouvert l’utilité des communes alors qu’il n’a cessé d’affaiblir ce premier maillon de proximité. »

Le rôle central des communes, Michèle Picard en fait du reste un argument électoral. « Nous avons toujours défendu cette vision. Et c’est parce que les électeurs sont attachés à leur commune et à sa place dans la Métropole qu’ils nous ont mis en tête au premier tour. »

Avec ou sans Les Verts ?

Dans l’optique du second tour, le maire sortant réaffirme sa « volonté de rassembler toute la gauche et les forces progressistes […] pour faire barrage aux droites d’Yves Blein et Christophe Girard ». Par toute la gauche, il faut surtout entendre les écologistes, qui ont obtenu plus de 10 % des voix le 15 mars. « Les discussions sont en cours, a indiqué Serge Truscello, secrétaire de la section locale du PCF, en charge des négociations pour une éventuelle fusion de listes. Nous cherchons un accord à la fois sur les municipales et les métropolitaines. Pour nous, c’est une question de cohérence. On ne peut pas être ensemble pour gérer la commune et dissociés sur les bancs de la Métropole, ou inversement. »

L’autre écueil évoqué par le secrétaire de section porte sur le projet municipal. « Entre la gauche rassemblée et les Verts, il y a une volonté commune de mener une politique écologique et sociale. Mais nous attendons une solidarité sur l’ensemble des aspects de la gestion municipale, l’emploi, l’éducation, la solidarité… pas uniquement sur la thématique environnementale. C’est une question importante à nos yeux. »

Une pensée sur “Second tour des élections : Michèle Picard veut « rassembler toute la gauche et les forces progressistes »

  • 29 mai 2020 à 6 h 17 min
    Permalink

    Ces sont les communes qui ont du gérer la pandémie sur leur territoire. Vénissieux a fait le maximum, merci à la mairie et au personnel.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *