Ambroisie : c’est maintenant qu’il faut agir

Signaler la présence d’ambroisie :

– 09 72 37 68 88
www.signalement-ambroisie.fr
– contact@signalement-ambroisie.fr
– application mobile : Signalement ambroisie

13% de la population Rhône-alpine est touchée par les allergies au pollen de l’ambroisie. Ce chiffre peut atteindre 21% dans les zones les plus fortement exposées. Sur le seul territoire métropolitain, ce sont entre 120 000 personnes et 150 000 personnes qui sont impactées. Les coûts de santé sont estimés à plus de 15M€ par an pour la seule région Rhône-Alpes. Il s’agit là d’un véritable enjeu de santé publique.

La reconnaitre pour mieux la combattre – L’ambroisie s’installe sur les terres dénudées, soit par l’action de l’homme, soit par l’érosion naturelle. Elle sort de terre entre fin avril et juin et arrive à maturité vers la mi-août. C’est à partir de ce moment qu’elle émet du pollen en très grande quantité. Cette pollinisation dure jusqu’en octobre. Au moment de la floraison, l’ambroisie se développe en un buisson qui peut atteindre plus d’un mètre de haut avec des feuilles caractéristiques, profondément découpées, vertes sur les deux faces et sans odeur aromatique. Sa tige est plutôt rougeâtre et couverte de poils blancs. Il s’agit d’une plante annuelle de la même famille que le tournesol. Un pied d’ambroisie de taille moyenne peut libérer jusqu’à 2,5 milliards de grains de pollen en une seule journée et le vent peut les transporter sur plus de cent kilomètres !

Prévenir pour mieux guérir – Depuis plusieurs années, la Métropole de Lyon mène des actions contre l’ambroisie sur son territoire, en partenariat avec l’Agence régionale de Santé. Si vous trouvez de l’ambroisie dans votre jardin, c ‘est à vous de l’arracher. Protégez-vous en utilisant du matériel adapté : gants, lunettes et masque lors de la floraison. Hors de votre propriété et sur un terrain public, il faut signaler la zone via la plateforme interactive www.signalement-ambroisie.fr.  La période idéale pour cette action se situe entre mi-juillet et fin août, avant la floraison. Idéalement, pour l’empêcher de s’installer à nouveau, on peut végétalise les lieux avec des plantes qui ne provoquent pas d’allergies, comme le trèfle ou la luzerne. À Vénissieux, les techniciens et jardiniers sont formés pour reconnaître l’ambroisie et agir en cas de présence de la plante sur un terrain communal.

Un pollen très allergisant
Les pollens d’ambroisie peuvent provoquer des allergies gênantes et parfois graves :
• Rhinite : nez qui coule, éternuements et maux de tête
• Conjonctivite : yeux rouges, larmoyants, démangeaisons
• Trachéite : toux sèche
• Asthme : difficultés respiratoires, essoufflement, sifflement, toux
• Urticaire ou eczéma (plus rare) : plaques rouges, boutons, démangeaisons

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *