Sept ouvertures de classes annoncées pour la rentrée

Le Conseil de l’Éducation nationale a rendu récemment ses dernières décisions. Pour Vénissieux, sept ouvertures de classes ont été entérinées. Quatre en maternelle à Flora-Tristan, Georges-Lévy, Jules-Guesde et Parilly ; trois en élémentaire à Joliot-Curie, Moulin-à-Vent, ainsi qu’à Max-Barel. Trois situations restent à clarifier pour deux classes en maternelle à Moulin-à-Vent et Joliot Curie, et une en élémentaire à Jean-Moulin. Enfin, une fermeture a été décidée en élémentaire à Charles-Perrault.

Mais ces décisions ne prennent pas en compte les effets des orientations du nouveau gouvernement, en particulier la mesure phare qui entend créer dès septembre 2017 des CP à douze élèves en réseau d’éducation prioritaire renforcée (REP +). Ce qui à Vénissieux correspondrait à plus d’une vingtaine de classes.

Deux questions restent sans réponse : comment trouver des salles disponibles dans les écoles concernées ? Et à quels enseignants faire appel ? Le 23 juin, un mouvement de grève a été observé à l’appel des syndicats SNUipp-FSU 69, SUD éducation et CGT éduc’action. « Si les enseignants revendiquent depuis de longues années des effectifs de classe allégés, cette mesure ne peut se faire sans les moyens suffisants, indique le SNUipp, sans quoi elle deviendrait préjudiciable pour toutes les autres classes du département. »
Tous les groupes scolaires en REP et REP + du département disposent en effet d’un poste intitulé « Plus de maîtres que de classes » (PDMQDC), qui permet de mieux prévenir et traiter la difficulté scolaire de la maternelle au CM2. La mise en place de CP à 12 par redéploiement de ces postes équivaudrait à la suppression, pour partie au moins, des PDMQDC.

Le ministre de l’Éducation nationale, Jean-Michel Blanquer, a annoncé lundi le recrutement de 2 500 enseignants pour le dédoublement des CP en REP +, pour éviter « qu’on déshabille Pierre pour habiller Paul ». Il a par ailleurs indiqué que le plan PDMQDC serait maintenu, mais « avec moins de professeurs dédiés. Nous continuerons à faire coexister les deux dispositifs pour pouvoir les évaluer et avancer ». À suivre…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *