Idées reçues : désintoxiquez-vous !

  • L’air est plus pollué qu’autrefois  INTOX . La qualité de l’air s’est considérablement améliorée en trente ans. Rien qu’entre 2000 et 2015, les émissions de dioxyde de soufre ont diminué de 74 %, d’oxyde d’azote de 47 %, de benzène de 45 % et de particules fines (PM10) de 39 %. Seules les concentrations d’ozone, très dépendantes des conditions météorologiques estivales, ne baissent pas.
  • Il y a plus de pollution en été qu’en hiver INTOX . En hiver, l’air froid au sol favorise l’accumulation des particules fines. La qualité de l’air dépend de l’intensité des émissions polluantes mais aussi des conditions météo. En été, les anticyclones, associés à un fort ensoleillement, contribuent à la formation d’ozone et de particules. Le reste de l’année, les anticyclones, associés cette fois à des vents faibles, entraînent la formation d’un couvercle d’air chaud qui favorise la stagnation des polluants et les pics de pollution aux particules et au dioxyde d’azote.
  • La réduction de la vitesse n’a pas d’impact sur la qualité de l’air INTOX . Réduire la vitesse sur certains grands axes permet de réduire les consommations de carburant et les émissions de polluants. Passer de 130 à 110 km/h ou de 90 à 70 km/h permet une baisse de 20 % des émissions d’oxyde d’azote et de particules fines PM10. Les résultats sont moins probants pour les voies urbaines lorsque la vitesse est réduite à 30 km/h.
  • Il suffit de porter un masque pour se protéger INTOX . Le port d’un masque est inutile, tout comme se protéger le nez et la bouche avec une écharpe ou un foulard. Ces protections n’arrêtent que les grosses particules qui sont déjà filtrées par le nez mais pas les particules fines qui sont les plus dangereuses pour la santé car elles pénètrent profondément dans notre système respiratoire, ni certains gaz qui peuvent être à l’origine de maladies.
  • Piétons et cyclistes sont plus exposés que les automobilistes INTOX . Dans les embouteillages, les conducteurs sont plus exposés à la pollution : d’une part, une voiture ne filtre pas les gaz polluants rejetés par les véhicules qui l’entourent, d’autre part, elle pollue son propre habitacle par son pot d’échappement et son réservoir.
  • Les transports sont les principaux responsables de la pollution aux particules fines INTOX . Selon les chiffres d’Atmo Auvergne Rhône-Alpes, c’est le chauffage (33 % des émissions de particules fines PM 10) et l’industrie (21 %) qui polluent le plus, suivis par les transports (16 %) et les activités agricoles (9 %). Les industriels ont fait (contraints et forcés) de gros efforts de réduction des rejets polluants. Le développement de transports en commun fiables et accessibles et de modes doux contribuerait grandement à rendre notre air plus respirable tout au long de l’année.

Sources : Ademe et ministère de l’Environnement.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *