Le collège Jules-Michelet dit non à une éducation à deux vitesses

 

Collège "mort". Grève des profs du collège Jules-Michelet pour une meilleure dotation REP+ (réseau d'éducation prioritaire)
Collège « mort » : grève des profs du collège Jules-Michelet pour une meilleure dotation REP+ (Réseau d’éducation prioritaire)

Plus de 95 % des enseignants ont fait grève aujourd’hui au collège Jules-Michelet. Sur le portail de l’établissement, plusieurs banderoles exprimaient la colère des professeurs, soutenus par les parents d’élèves et les élus vénissians. Tous disaient leur inquiétude devant la baisse de la DHG (Dotation horaire globale), que le ministère attribue chaque année aux établissements pour fonctionner. « À la rentrée prochaine, la réforme des collèges va se mettre en place. Compte tenu de la DHG qui nous est attribuée, nous n’aurons pas les moyens de faire tourner l’établissement dans de bonnes conditions », précise un représentant du collectif d’enseignants, composé de professeurs syndiqués ou non.

À la suite du préavis de grève adressé en fin de semaine dernière au rectorat, enseignants et parents ont été reçus le 7 mars par l’inspecteur d’académie adjoint. Résultat de cette rencontre : « On demande 78 heures de plus que cette année, on nous en a donné dix ! Nous sommes d’autant plus en colère que les responsables du rectorat ont admis que le collège était sous-doté. Au prétexte que nous venions d’entrer dans le dispositif REP +, il faudrait attendre la rentrée 2 017 pour obtenir des moyens plus importants. Cette situation est incompréhensible. D’autant que le collège accueillera en septembre prochain une cinquantaine d’élèves supplémentaires, nécessitant l’ouverture de deux classes. » Autre problème : le nombre d’élèves par classe : « En 3e on a des classes de 27, alors que le seuil maximum en REP + est de 25. Nous savons que certains établissements classés en REP ont des classes à 20. Il n’y a ni égalité, ni équité. On est précurseur pour mettre en place une réforme que l’on a acceptée avec bienveillance, mais aujourd’hui on ne nous donne aucun moyen supplémentaire. »
Mme Mahamdi, parent d’élève, « soutient les enseignants à 200 % » car, dit-elle, « les moyens alloués ne sont pas assez importants. Or, grâce à l’aide personnalisée mise en place ces dernières années, les résultats au brevet se sont améliorés (de 60 % à 82 %). Cette progression risque d’être remise en cause. »

Lundi prochain, un conseil pédagogique se réunira au collège. Il sera suivi jeudi prochain par une commission permanente, afin de préparer un nouveau conseil d’administration qui devrait avoir lieu fin mars. « Si la même DHG est présentée au conseil d’administration, nous ne pourrons pas l’accepter ». Une assemblée générale, au cours de laquelle les enseignants voteront la suite à donner au mouvement, doit se tenir prochainement.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *