Michèle Picard en ballottage favorable

_DSC5771

Comme en 2014, Michèle Picard est en tête. Comme en 2014, Christophe Girard accuse un retard de plus de mille voix. Et comme en 2014, quatre listes sont en position de se maintenir pour le second tour dimanche prochain. Presque un copié-collé. C’est le premier enseignement à tirer de ce premier tour de l’élection municipale partielle de Vénissieux. La justice, d’abord par le Tribunal administratif puis par le Conseil d’État, avait conclu que le scrutin de 2014 avait été faussé par les manœuvres de la liste identitaire menée par Yvan Benedetti ; les résultats du 22 mars montrent au contraire une certaine permanence.

Dans un contexte d’abstention renforcée — 59,37 % des électeurs vénissians ont boudé les urnes alors qu’ils étaient 55,75 % en 2014 — la liste de rassemblement de la gauche (PCF, PG, EELV, MRC, PRG, personnalités socialistes et de la société civile) conduite par Michèle Picard totalise 4387 voix, soit 37,66 % des suffrages. Une progression de 7 points. Le maire sortant, qui arrive en tête dans 24 bureaux sur 28, est parvenu à mobiliser largement. Et pas seulement parce que les listes de gauche étaient moins nombreuses. Pour preuve : son principal concurrent à gauche, le socialiste Lotfi Ben Khelifa, voit lui son audience reculer (- 186 voix) alors qu’aucune liste socialiste dissidente n’était présente cette fois.

À droite, Christophe Girard progresse de 22 % à 28,6 % (+ 639 voix) grâce à l’union réalisée d’emblée entre l’UMP, les centristes de l’UDI et du Modem. L’ancien villiériste poursuit son implantation. La droite traditionnelle n’a jamais atteint un tel niveau à Vénissieux au premier tour d’une municipale. Mais son score est quand même en dessous des espoirs qu’il avait placés dans son “rassemblement inédit”. Durant la campagne, le leader de la droite se disait en effet convaincu qu’une majorité se levait pour “mettre fin à 80 ans de communisme”. Or il finit à 9 points derrière Michèle Picard. Il n’arrive en tête que dans trois bureaux, contre cinq en 2014. Michèle Picard lui “reprend” notamment Moulin-à-Vent et Ernest-Renan.

Le FN moins haut qu’attendu

La surprise de ce premier tour réside finalement dans le score relativement faible du Front national par rapport à son étiage au niveau national — même si les résultats des Départementales ne lui permettent plus de revendiquer le titre de “premier parti de France”. Damien Monchau a récolté 1856 voix, soit 15,93 % des suffrages. Loin des 27 % engrangés par la formation frontiste à Vénissieux lors des dernières élections européennes.
Le candidat FN coiffe sur le poteau le candidat socialiste Lotfi Ben Khelifa, qui doit se contenter de 15 % des suffrages (0,79 point de moins qu’en 2014) Encore une fois, c’est sur le plateau des Minguettes que Lotfi Ben Khelifa réalise ses meilleures performances. En particulier à Paul-Langevin, le seul bureau de Vénissieux où il arrive en tête. Mais Léo-Lagrange lui échappe au profit de Michèle Picard. Et globalement il n’est plus qu’en 3e position aux Minguettes, derrière Michèle Picard et Christophe Girard.
La liste Lutte Ouvrière, qui était conduite cette année par Jean-Pierre Tardy ferme la marche avec un score de 2,76 %. Elle recueille 322 voix, cinq de moins qu’en mars 2014. Dès les résultats du premier tour connus, les militants de Lutte ouvrière ont fait savoir qu’ils appelaient à voter Michèle Picard dimanche prochain.
Les listes pour le second tour ont été déposées ce mardi 24 mars. Les Vénissians auront le choix entre quatre listes. Comme en 2014.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *