Connectez-vous avec nous

Bonjour, que cherchez-vous ?

Actus

Michèle Picard : « Le vote pour le progrès social et la solidarité, c’est nous ! »

À quatre jours du premier tour des élections municipales, le dernier meeting de la liste « Avec Michèle Picard, rassembler les Vénissians, tenir le cap à gauche », mercredi, avait forcément valeur de test. Le maire sortant et ses colistiers allaient-ils mobiliser autour d’eux plus encore que pour les deux réunions précédentes ? La réponse n’a pas tardé. Assises ou debout, quelque sept cents personnes ont écouté, applaudi, scandé…

meeting M.Picard © Expressions 92À quatre jours du premier tour des élections municipales, Michèle Picard et ses colistiers de « Rassembler les Vénissians, tenir le cap à gauche », ont fait très fort. Leur dernier meeting a rassemblé quelque sept cents personnes dans la salle Irène-Joliot-Curie, où flottaient les  drapeaux rouges des Jeunes Communistes,  jaune et bleu des Jeunes Radicaux de gauche.

Parmi les personnalités, on notait la présence de Martial Passi, maire de Givors, et de Nathalie Perrin-Gilbert, maire du 1er arrondissement de Lyon. De Christiane Puthod, vice-présidente du Conseil régional. De Martine Souvignet, secrétaire nationale du MRC. D’Azedine Haffar, président du PRG dans le Rhône. Comme Pierre Laurent, sénateur et secrétaire national du Parti communiste, plusieurs orateurs ont rappelé la mémoire du sénateur Guy Fischer, et son indéfectible engagement auprès de Michèle Picard, puisqu’il en co-présidait en 2014 le comité de soutien avec l’ancien député-maire André Gerin.

Ce comité de soutien, pour l’élection qui se rejoue dimanche, s’est d’ailleurs considérablement renforcé, puisqu’il compte désormais quelque 2400 signataires (1700 l’an dernier). Plusieurs d’entre eux —syndicaliste, parent d’élève, dirigeant sportif, etc.— sont venus dire pour quelles raisons ils soutenaient la liste de Michèle Picard.

Très applaudie, Nadia Chikh, élue l’an dernier sur la liste du candidat socialiste Lotfi Ben Khelifa, a expliqué pourquoi, avec le PRG dont elle est vice-présidente, ils avaient décidé d’élargir la majorité municipale sortante, leur appel à l’union des forces de gauche pour faire face au danger que représentent l’extrême-droite et la droite n’ayant pas été entendu « pour des questions d’ego« . Raison pour laquelle le PRG a rejoint PCF, PG, EELV et MRC sur la listePicard, « porteuse de valeurs telles que l’humanisme républicain, la laïcité, la solidarité. » Sandrine Picot, personnalité socialiste, a fait le même choix, rappelant qu’elle aussi, avec son collègue Bernard Rivalta, ils avaient plaidé mais en vain pour une liste d’union. « Face à un enjeu aussi important, j’ai décidé d’assumer mes responsabilités et de rejoindre la liste de Michèle Picard. »

Détaillant le programme que défend la liste qu’elle conduit, en particulier  pour les services publics, Michèle Picard tâclait le « candidat de l’UMP Christophe Girard » : « Il n’a pas de leçon à nous donner. Dix ans de sarkozisme, c’est 750 000 emplois industriels perdus, la compression des moyens pour les hôpitaux, l’école, la police, la justice… Mais au conseil municipal, on ne l’a jamais entendu là-dessus (…). C’est sûr, nous n’avons pas les mêmes valeurs ! Notre idéal à nous, c’est la justice sociale, l’égalité républicaine et nous le revendiquons. »

Pour la première fois, le maire sortant (qui avait jusqu’alors refusé de polémiquer avec le PS), s’est lancée à décortiquer les thèmes de campagne développés par son chef de file Lotfi Ben Khelifa : « Quand il dit que sa liste est la seule de la majorité métropolitaine, il ment. Nous en faisons partie, même si nous ne sommes pas dans l’exécutif. Et lui non plus, on ne l’entend pas quand la Métropole baisse de 15% l’enveloppe des travaux de voirie, ou quand Gérard Collomb met en veille le projet de Pré-Fabrique Opéra. Selon lui, il faudrait être plus conciliant et plus gentil avec Gérard Collomb pour obtenir des financements et des projets. Autrement dit, aller faire son marché auprès du président de la Métropole. Ce n’est pas notre conception des relations entre partenaires. Nous sommes pour une métropole équitable et solidaire sur tous les territoires. Nous avons besoin d’un partenaire loyal et transparent sur les choix et les budgets d’agglomération. »

Michèle Picard appelait enfin « tous les progressistes » à mobiliser autour d’eux, jusqu’à dimanche : « Le vote utile et efficace pour battre la droite et l’extrême droite, c’est nous. Le vote pour le progrès social et la solidarité, c’est nous ! »

Cliquer pour commenter

Laissez un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Vous aimerez également

Actus

Les équipes du Sytral ont échangé avec les habitants, dans le cadre de la concertation continue liée au projet T10. Avec un objectif :...

Actus

Des agents du service de collecte de Grand Lyon Métropole ont sensibilisé des élèves vénissians au tri des déchets.


Actus

Vénissieux va participer pour la première fois à "La nuit est belle!", une opération qui vise à sensibiliser la population aux impacts de la...

Actus

Ce 19 septembre, une délégation lituanienne rencontrait l'équipe de l'Espace Pandora en vue de futurs partenariats lors des prochains festivals organisés par les Vénissians,...

Actus

Débutée officiellement hier, la Semaine du développement humain durable 2022 se déroulera jusqu'au 23 septembre, avec de nombreuses initiatives municipales et associatives.